Samedi 13 mai 2017 – Concert Latíname & invités

Samedi 13 mai 2017 à 21h30
Concert
Latíname & invités

Cité de la Musique de Marseille, Auditorium
4, rue Bernard Dubois – 13001 MARSEILLE
Tarif Lecture performée + concert : 10 – 12 €
Bar Caribéen dès 18h30 – Possibilité de se restaurer

Distribution
Brice Lebert – Piano / Christiam Leyton – Chant / Jean-Luc Cervoni – Basse / Yoandy San Martin – Congas
Rafaël Genisio – Timbales / Alejandro Spina – Bongos / Romain Morello – Trombone / Christophe Moura – Trompette
Arnaud Farcy – Sax / Mathieu Esterni – trompette
Invités
Ruben Paz –  Saxophone / Nathanaël Magen – Tambour ka / Stéphane Simon – Tambour ka / Ti-Popote – Chacha

«A Marseille on a deux soleils, celui de Provence et le soleil de Cuba avec Latíname … Ecoutez ce groupe c’est beaucoup de chaleur dans leurs musiques !!!» Eric Thomas (France Bleu-Radio France)

Latíname est un projet lancé en 2014, par Brice LEBERT, musicien marseillais reconnu, diplômé du Conservatoire National de Région de Marseille, et reçu à la Haute Ecole de Musique de Genève en classe de direction d’orchestre.

Groupe de salsa aux musiciens talentueux, Latíname est le fruit d’une alchimie nouvelle et multiculturelle.

Du Chili aux Antilles en passant par le Vénézuela et bien sûr par Cuba, les éléments qui composent Latíname se sont rencontrés sur la scène marseillaise et sont tous animés par le même enjeu, dans la pure tradition des «grands orchestres» cubains : vous faire vibrer sur les rythmiques endiablées des musiques latines !

Riche d’un effectif de dix musiciens, Latíname propose un répertoire détonnant, composé des grands standards de la musique latine repris dans leurs versions originales, et qui s’enrichit régulièrement de ses propres compositions.

A l’occasion de la 5ème édition de Kadans Caraïbe, ils nous préparent une «descarga» créolisée avec en artistes invités le cubain Ruben Paz  de Chevere Fusion, mais également Nathanaël Magen, Stéphane Simon et Ti-Popote du groupe de gwoka Massilia Ka.

Photos : Jean-Louis Garcia, Laurent Marti, Mathieu Esterni

Brice Lebert (directeur artistique – piano)
Il démarre l’apprentissage du piano à 4 ans et c’est au CNRR de Marseille Pierre Barbizet qu’il réalisera ses études musicales dans la classe du grand maître et pianiste Pierre Pradier. Primé à l’unanimité par la Ville de Marseille et la Société de Musique de Chambre en Piano et Musique de Chambre, il étudiera en parallèle le cor d’harmonie, l’histoire, l’analyse et la direction de choeur…
Parallèlement au répertoire classique où il s’illustrera (en solo, en duo lyrique, en musique de chambre) à l’Opéra de Marseille, au Forum Musical de Normandie, au Palais de Tokyo et dans de nombreux récitals, il collaborera auprès de Papet J du Massilia Sound system, du chanteur Ishmael McAnuff, du Banda Show Muleketu, lui permettant ainsi d’accroitre sa culture des musiques actuelles.
Chef de Choeur, pédagogue, il étudie désormais auprès de la Haute Ecole de Musique de Genève en direction d’orchestre symphonique.
Directeur Artistique et fondateur de Latíname c’est sous cette formation professionnelle qu’il s’illustre au piano à travers un répertoire afro-cubain.

Christiam Leyton (chant)
Une voix suave et une générosité scénique, un costume pastel et un sourire esquissant aux premières notes, Christiam Leyton c’est la voix principale de Latíname. Né au Chili, s’installant par la suite en Italie, transitant à Paris, c’est finalement à Marseille qu’il s’installera, où le climat et l’esprit lui rappellerons tous les éléments de sa terre natale qu’il a fui en n’emportant quasiment rien excepté sa musique.
Dès son plus jeune âge, c’est auprès de sa soeur et de sa mère qu’il intègrera son premier groupe musical, pratiquant ainsi le chant, les percussions, la quena ou bien encore la guitare.
Aujourd’hui c’est ce métissage culturel qui lui permet d’animer avec fougue sa passion, la musique, en puisant ses inspirations auprès de cultures aussi diverses que variées, du reggae roots à la cumbian, de la salsa au merengue.
C’est le fruit de cette fusion qu’il déverse auprès de Latíname.

Jean-Luc Cervoni (Basse)
Musicien, compositeur, bassiste et directeur technique des métiers du spectacle, Jean-Luc Cervoni a su profiter de ses formations, d’abord auprès de l’IMFP, puis au sein du Centre des Musiques Didier Lockwood, afin de parfaire sa culture et son jeu, en profitant de multiples master class : Dominique Di Piazza, Carlos Werneck, Chris Jennings, Linley Marthe, Christophe Walleme, Olivier Louvel, Alain Debiossat et bien d’autres.
Tourné vers le métissage, du jazz à la salsa, en passant par la soul, le rock et les musiques du monde, en 27 ans de pratique il arpentera aussi bien en tant que musicien ou que régisseur de prestigieuses scènes comme les Zenith de Toulon et Montpellier, le Jazz CLub Etoile de Paris, ainsi que dans des émissions télévisuelles (notamment Vive l’été, Passage en Live sur TMC).

Yoandy San Martin (congas)
Né à San Jose de las Lajas (Province de la Havane-Cuba) en 1987 c’est auprès de grandes écoles cubaines qu’il fera son cursus.
Diplômé de l’ISA (Institut Supérieur d’Arts de la Havane) en 2012, aussi bien en percussions traditionnelles que symphoniques il sera ainsi formé par les « grands maitres de la percussion à Cuba » : Roberto Concepcion, Emilio Del Monte, Jose Luis Quintana « Changuito », Yaroldy Abreu…Cela lui permettant d’assoir ses compétences de musicien professionnel et dominer la musique folklorique et traditionnelle Cubaine. Riche de cet enseignement, il s’adapte et  s’exporte musicalement à travers de nouveaux horizons musicaux.

Yoandy San Martin Trujillo a fait partie de nombreux Groupes musicaux à Cuba ; Haila  (2011/2012),  La tabla  (2009/2011), Conjunto Roberto Faz (2009) Waldo Mendoza (2008) Compagnie Corpus Spiritus Alma et Compagnie Danza del Alma  (2004/2008)… Il a également collaboré avec : Franck Delgado (chanteur/Auteur) le Groupe Sintesis, X Alfonso,  ou bien encore le Ballet National de Cuba, Berkley College of Music. Outre les multiples festivals dans lesquels il s’est illustré (Fiesta del Tambor, JoJazz…) il fera les premières parties des « Icones Cubaines » LOS VAN VAN, LA ORQUESTA REVE, LA CHARANGA HAVANERA dans toute l’île …

Rafaël Genisio (timbales)
Rafaël Genisio est né à Cuba, et c’est à la Havane qu’il fera ses classes en percussions, d’abord au Conservatoire Alejandro Garcia Caturla puis à l’Ecole Nationale de l’Art.
Parallèlement à l’enseignement qu’il délivrera à la Havane, il tournera dans toute l’Europe au sein de diverses formations afrocubaines comme Republica Democratica del Mambo, Quinta Avenida, Barrio Chino, Conjunto Massalia, Bomba Cubana.
Multi percussionniste, c’est principalement aux timbales qu’il s’illustre dans de nombreux festivals auprès de Diabloson, Chévéréfusion avec Ruben Paz (La Fiesta des Suds, Babel Med ou encore l’ouverture du Festival de Cannes).

Alejandro Spina (Bongo, Campane)
Connu sous le nom de scène « El Pata » Alejandro Spina nait en Argentine et s’illustre en tant que percussionniste à travers tous les différents postes percussifs traditionnels de l’Amérique du Sud : Conga, Bongo, Campana.
Véritable ambassadeur de la culture Sud-Americaine, il s’illustrera dans différents registres, il fondera ainsi le groupe «Color Latino» mêlant la salsa et le flamenco. Il accompagnera également la chanteuse panaméenne « Yomira John », et les grands noms avec lesquels il partagera la scène ne manquent pas : Orlando Poleo, Lusito Quintero et Robert Quintero.
Actuel directeur artistique de l’orchestre de salsa DIABLOSON, c’est auprès de cette formation qu’il parcourt depuis plus de 15 ans l’itinéraire musical des festivals en France comme à l’étranger : Festival Jazz des Cinq Continents (France), Festival Tanja Latina (Maroc), Le Village Tropical (Genève), Nice Jazz Festival (France) ou bien encore la scène des Docks des Suds et tant d’autres.  C’est en 2016 qu’il intègre l’orchestre de salsa Latíname.

Romain Morello (trombone)
Romain Morello, tromboniste, s’est principalement investi dans le jazz et les musiques actuelles.
C’est également à Marseille qu’il obtiendra un Prix en Jazz en 2011.
Très vite passionné par l’improvisation et les grandes formations de jazz, il intègrera en 2012 l’orchestre Attica Blues d’Archie Shepp, qui sera nominé aux Grammy Awads en 2015.
Au gré de ses collaborations, il a notamment joué au London Jazz Festival, à Jazz à laVillette, aux Nuits de Fourvière, à la Fiesta des Suds, et à ainsi pu partager la scène avec Cécile McLorin Salvant, Ambrose Akinmusire ou encore Stéphane Belmondo.

Christophe Moura (trompette)
Trompettiste, tromboniste, tubiste et arrangeur c’est au CNRR de Marseille et au Conservatoire de Toulon qu’il fera ses études. Cornettiste et trompettiste au sein de la Musique de la Région Aérienne Méditerranée pendant 15 ans jusqu’en 2006 c’est également auprès de groupes aux influences aussi diverses que variés (Jazz New Orleans, Rock, Soul, Fanfare , Raggae, Traditionnel Mexicain, Orchestres de Variété) qu’il se produira, lui donnant ainsi une expérience scénique des plus grandes. Il participe en 2016, aux côtés d’Éric BENZI à l’enregistrement de l’album de la Comédie musicale « UN ÉTÉ 44 » (Universal Music) ; ainsi qu’aux côtés de Cyril LECOMTE, FAF LA RAGE & Sébastien DAMIANI, à l’enregistrement du titre « MARSEILLONS ».

Il demeurera également trompettiste au sein du groupe Sergent Garcia avec lequel il fait plusieurs tournées internationales (Europe, Etats-Unis, Canada, Mexique Colombie). Cette carrière l’amènera sur les plus grandes scènes actuelles, comme le Bataclan (Paris), le Sziget Festival (Hongrie), le festival de Porto Latino (Corse), de multiples Zenith et Palais des Festivals, Tempo Latino (France), ou bien encore des collaborations à l’écran pour M6 (Hit Machine).
C’est en tant que second Trompettiste de la section qu’il s’illustre désormais dans la formation Latíname.

Arnaud Farcy (sax tenor – alto)
Arnaud Farcy débute l’apprentissage du saxophone classique et contemporain à l’âge de 12 ans.
Travaillant parallèlement le jazz et l’improvisation, il poursuivra des études de physique qui dans le cadre de son Master acoustique lui permettront d’étudier l’influence du musicien sur le son du saxophone, explorant l’approche physique de l’instrument.
Aujourd’hui soliste reconnu, il pratique le saxophone alto, soprano, ténor et également la contrebasse et la flûte traversière.
Marseillais depuis 4 ans, il multiplie les rencontres et les expériences musicales sur la scène locale : Starfish connection, Samenakoa, Triofonik, Swing&Wesson, Gershwin&Fire, La Rumeur, Slapstick Quintet… Il est titulaire d’un Premier Prix de Jazz du Conservatoire de Marseille.

Mathieu Esterni (trompette lead)
Après un premier prix du Conservatoire de Gap à 17 ans, puis un second en 2001 au CNRR de Grenoble, Mathieu Esterni explore depuis divers styles musicaux au gré de ses rencontres sur les scènes locales et nationales.
De la musique classique au reggae avec la formation Kayen pendant plus de 10 ans, en passant par le jazz, la musique de rue ou encore la variété, il est aujourd’hui trompette lead de plusieurs formations : la Banda du dock, Samenakoa (orchestre de rue), Tchale (world) ou encore l’emblématique groupe de rock Raoul Petite. Il se produit régulièrement dans toute la France mais aussi à l’international (Russie, Turquie…).
Trompette lead de la section de Latíname, il s’occupe également des arrangements de cuivres ainsi que de la communication.

Ruben Paz (saxophone, flûte traversière)
Originaire de La Havane, Ruben Paz offre à travers sa musique tout son héritage afro-cubain aux influences Jazz et World-Music, métissage dont il s’est imprégné le long de sa carrière artistique.
Accompagné de son saxophone, sa spécialité, et de sa flûte traversière, il a su conquérir la scène Marseillaise, son port d’adoption depuis 1998.
Au cours de sa carrière il a développé ses talents d’auteur – compositeur – arrangeur, à travers des compositions et de nombreuses collaborations.
A la direction de son groupe « Chévéréfusion », il tient à faire danser son public de «Salseros», mais se démarque en expérimentant sans cesse de nouveaux projets.

Nathanaël Magen (tambour ka)
Nathanaël Magen est d’origine Guadeloupéenne.
Formé à l’art du gwoka par de grands maîtres (Henri Délos, Jocelyn Gabali, Armand Achéron), il intègre très jeune plusieurs groupes (Pomme Liane, Poukoutan’n, Big Bang Ka), et devient percussionniste soliste.
Il joue à l’occasion du Festival de Gwoka et du Festival International de la commune de Sainte-Anne, ainsi qu’au Festival de Percussions Caribéennes en Martinique et à Saint Martin. Il a également collaboré avec Éric Négrit, Esnard Boisdur, Éric Cosaque, Van Lévé et Kannida.
Plus tard il enregistre les albums « Liénaj » avec le groupe Kalbass Ka puis « Gèl a yo » avec Poukoutan’n aux Abymes, joue au Centre Des Arts de Pointe-à-Pitre et à l’Auditorium de Basse-Terre avec le Big Bang Ka dans un spectacle réunissant une trentaine de musiciens dont vingt percussionnistes parmi les meilleurs de la Guadeloupe.
Il a collaboré avec de grands chanteurs et danseurs de gwoka. Installé à Marseille depuis 2001, il dirige le groupe MASSILIA KA et enseigne les percussions.

Stéphane Simon (djembé, tambour ka)
Stéphane débute l’apprentissage de la batterie à l’âge de 15 ans au conservatoire de Sevran. Passionné depuis toujours par les tambours traditionnels, il s’initie aux congas puis au djembé et aux dumdums, et forme un collectif de percussions mandingues.
En 2004 il crée l’association « Grains de Rythmes » afin de développer des projets artistiques et socioculturels. Il élabore des spectacles, participe à des événements et accompagne des cours de danse et de percussions. En parallèle il anime pendant trois ans un atelier de tambours du monde dans un institut thérapeutique et pédagogique.
De 2004 à 2014, il accompagne les cours de danse africaine et afro-contemporaine de l’Université Paris Est (UPEC). Cette collaboration l’amène à concevoir les musiques destinées aux chorégraphies qui sont présentées lors d’événements divers tels que le festival Folies Douces de Créteil, les Rencontres Nationales des Danses Contemporaines de Biarritz, le festival Val Art 2012 « On Danse »,…

Lors d’un voyage en Guadeloupe il découvre le gwoka et se prend de passion pour cette musique.
Il en apprend les différents rythmes et leurs significations auprès de Nathanaël Magen, Laurent Succab et Thierry Galand.
En 2015 il s’installe dans le Sud de la France et intègre le groupe « Massilia Ka ». Il commence également à travailler sur l’accompagnement musical et sonore de contes avec l’association Mamanthé. Il est actuellement engagé dans divers projets : Les Dealers of Swing (jazz), Arcenio Band (World Music )…

Billetterie